Pages

dimanche 20 novembre 2022

 Glen Affric











Karine Giebel

Ed Plon, 4/11/2021, 768 pages


"C’était en novembre, c’était un jeudi. Il pleuvait un peu mais il ne faisait pas froid…" Tel est le leitmotiv de Léonard, le mantra qui apaise ses souffrances… Léonard, harcelé de la façon la plus abjecte, racketté, violenté, puni, rejeté, qui accueille avec joie Jorge, ce frère qu’il ne connaissait qu’à travers une carte postale expédiée d’Ecosse, de cet endroit magique, de Glen Affric où il ira vivre, heureux, pour l’éternité.

Jorge, qui revient dans sa famille, fatigué, usé, Jorge, le beau jeune homme dont les qualités se dévoilent peu à peu, Jorge prodigieusement intelligent, sensible, aimant…

Mona, mère suppliciée par la souffrance des siens, femme qui n’est qu’amour pour ses fils.

Angélique, personnage mystérieux qui sort de l’ombre soudainement et dont on ne comprend pas le lien avec le reste du récit…

Durant cette lecture, je suis devenue Mona, je suis devenu souffrance, je suis devenue celle dont le cœur s’est serré à mainte reprises , celle qui avait envie de prendre sous son aile ses deux créatures trainées dans la boue, ces deux créatures devenues réelles dans mon esprit, deux créatures qui m’ont donné envie de hurler ma colère, de verser des larmes, de me révolter à leur place … … souvent.

Et puis dans ce roman, on oublie les droits de l’homme, on oublie la présomption d’innocence, on se retrouve en face de la bêtise humaine, que nos héros, de belles personnes savent mettre en évidence, on se demande quel événement va survenir pour mettre Léonard et Jorge en difficulté toujours croissante, on serre le cœur, on a peur !

Ce roman, je l’ai terminé à deux heures du matin, ne pouvant me résoudre à le refermer, et j’y pense encore… Il est avec « Toutes blessent, la dernière tue », l’un des romans les plus forts, les plus déstabilisants que j’ai lus, il fait partie de ces romans que l’on ne peut oublier.

Les livres de Karine Gebel, on les ouvre, on y saute à pieds joints, on se retrouve dans l’action dès les toutes premières pages, et il est inutile de lutter pour se dire qu’on ne veut pas être confronté à tant de méchanceté, car il est trop tard, on n’en sortira qu’au dénouement, on est piégé par l’action qui produit d’elle-même le suspense.

Je retiendrai tout de même, qu’une fois oubliée la violence et l’oppression des personnage, il restera l’amour, cet amour sans faille que se portent les victimes, unies dans leur malheur, amour rempart qui protège et rassure.

Je suis heureuse d’avoir réussi à écrire cette chronique sans divulgâcher, ce qui me semblait difficile avant de commencer.

Je me sens seul à présent, j’erre autour de ma pal, sans but, sans idée de lecture, encore envoûtée par ce récit.

jeudi 17 novembre 2022

 

Le nuage de Louise











Devin, Eric, Terry Fan (the Fan Brothers)

Ed Little Urban, 7/10/2022, 56 pages


Joli concentré de rêve et de poésie avec une touche humoristique, ce bel album est fait pour se sentir bien, sortir des sentiers battus, s’émerveiller… Il raconte avec tendresse, l’histoire de Louise, qui part se promener avec ses parents dans le grand parc rempli de kiosques et de fontaines, où tourne un grand carrousel et un théâtre de marionnettes, tout ce qu’il faut pour combler les enfants.

Mais Louise, elle, veut acheter un nuage, un nuage tout simple, surtout pas un nuage avec une forme d’animal ou un de ces nuages joufflus…non ! un nuage ordinaire. Son nouvel ami, elle l’appelle Milo.

Et Milo, désormais, partagera la chambre de Louise. Louise qui lit soigneusement la notice intitulée : « comment prendre soin de son nuage ».

Un livre qu’on commence, bien surpris par cette histoire… que l’on trouve très belle, que l’on veut poursuivre jusqu’à la fin, tout en s’arrêtant sur chaque page aux dessins si délicats qu’on a envie de les caresser, ces dessins tout doux, tout cotonneux, tout… brumeux !

Coup de cœur des albums jeunesse pour moi. J’ai hâte de le lire aux plus petits, de les emmener dans ce beau rêve éveillé.

mercredi 16 novembre 2022

 Conte et légendes du Nord

Mon album de l'Avent











Caroline Dhery

Ed Auzou, 28/10/2022



Belle découverte que celle d’aujourd’hui ! Un trésor pour entretenir la goût des livres, la joie de se bercer dans de belles histoires, et le bonheur pour tous de redécouvrir la magie de Noël. Conte et légendes du nord est bien plus qu’un livre de conte ! C’est un calendrier de l’Avent littéraire. On commence, quelques jours avant le 1er décembre, par lire le début du conte écrit dans un livret : une histoire qui se passe en 1902 dans le village de Tromsø, en Norvège. Aline est une petite fille qui adore les livres. Un jour, elle trouve sur le registre de la bibliothèque, un livre de contes qu’elle n’a pas lu. La bibliothécaire une méchante femme, affirme qu’elle n’a pas reçu ce livre. Aline parvient à s’introduire dans la réserve et retrouve ce livre de contes samis, dont la langue avait été interdite dans le pays. Mais la bibliothécaire survient, et folle de rage, déchire le livre feuille par feuille et jette tout dans la neige…

Aline ramasse ces pages déchirées, et commence à lire… Les pages sont à présent dans les vingt quatre enveloppes que contient le coffret, on ouvre une enveloppe par jour, on lit chaque jour, la suite de l’un des six contes contenus dans le coffret. Et le 24 décembre réserve une belle surprise, à condition de garder précieusement les pages lus dans cette belle période qui mène à Noël… Je n’en dis pas plus…

J’ai ouvert la première enveloppe, juste la première pour pouvoir aller au bout de ma critique : il s’agit bien de la suite du conte commencé dans le livret.

Promis, je découvrirai les pages avec les enfants de ma classe, nous serons obligés de terminer en janvier.

Un calendrier de l’avent original pour patienter jusqu’aux festivités.

samedi 12 novembre 2022

 L'arche de Rantanplan











Jul, Achdé d'après Morris

Ed Lucky Comics, 21/10/2022, 48 pages


Il est bien surprenant, ce volet des aventures de notre Cowboy solitaire !

 un scénario original, certes, mais quelque peu ennuyeux et qui ne cadre pas du tout avec Lucky Luke, la légende de l’Ouest. Jul Prend bien comme point de départ, un personnage réel, Henry Bergh, fondateur du mouvement de protection des animaux en 1866, toutefois, il invente un héros sans relief, qui incite au végétarisme et sera abusé par quelques hors-la-loi qui imposeront le régime végétarien à la population de la ville. Ce n’est pas l’esprit de Lucky Lucke notre justicier préféré qui, s’il nous régales de multiples aventures, vit tout de même avec son temps. Le phénomène végétarien est plutôt actuel, et lire des propos d’actualité sortant de la bouche des personnages, cela fait vraiment artificiel, je crois avoir ressenti de l’agacement en lisant ces pages sur lesquelles j’ai failli piquer du nez.

Bien sûr certains traits d’humour feront sourire, Rantanplan est très Rantanplan, (ce chien me fera toujours rire !), les Dalton font une brève apparition, le splendide Jolly Jumper fait toujours preuve de caractère et se montre toujours aussi expressif et semble dialoguer avec les lecteurs, il y a toujours un pénitencier, mais cela ne comble pas la faiblesse concernant le scénario.

Cet humour, il est certainement plus confortable d’en rire dans les bons vieux albums de Goscinny et Morris.

vendredi 11 novembre 2022

 L'Iliade

La pomme de discorde











Luc Ferry, Pierre Taranzano

Ed Glénat, 14/09/2016, 56 pages


En parcourant rapidement cette bande dessinée avant de me plonger dans la lecture, j’ai eu un peu d’appréhension, je suis donc allée consulter l’exposé de Luc Ferry qui se trouve à la fin. Ma peur ? Que le récit soit réduit à la guerre de Troie… Mais le philosophe précise bien que l’Iliade ne relate que la fin de la guerre, et de fameux épisodes célèbres tels que le cheval de Troie et la mort d’Achille n’y figurent pas, de même que l'épisode de la pomme d'or, servira dans cet ouvrage, à expliquer les causes de la guerre et ne doit pas être considéré appartenant à l'œuvre célèbre attribuée à Homère.

J’attends donc de pouvoir découvrir les deux autres tomes pour me faire une idée de  la fidélité  de cette célèbre épopée en bande dessinée. 

Le premier volet montre l’enlisement de la guerre, une tentative de paix, la reprise des combats et surtout l’origine de cette guerre mythique : la pomme d’or ou pomme de discorde. On y comprendra que la guerre de Troie est l’affaire tant des mortels que des Dieux : discorde dans l’olympe, vengeance des déesses, soutien de chaque armée par des dieux.

L’album est très agréable, les personnages magnifiques, l’illustrateur, Pierre Taranzino transmettant à merveille par le dessin, la puissance des combattants, la beauté des femmes, la cruauté des combats, une page particulièrement m’a captivée : il s’agit d’une double page montrant les armées prêtes à s’affronter à Troie, surplombée par les dieux qui se placent en observateur au-dessus de la ville, double page superbe que je ne me lasse pas d’admirer.

L’exposé de Luc Ferry rappelle quelques aspects importants de l’œuvre d’Homère, supposé auteur de l’épopée.

Ma peur se dissipe donc légèrement après la lecture de ce premier volet. Quoi qu'il en soit on se retrouve face à un travail de qualité de la part des auteurs.

 

 

 

jeudi 10 novembre 2022

 

Chien 51

















Laurent Gaudé

Ed ACTE SUD, 17/08/2022, 302 pages



Des dystopies je n’en ai pas lu énormément, mais je peux tout de même affirmer qu’elles excitent ma curiosité et me poussent à poursuivre jusqu’ au dénouement, tout en provoquant chez moi un malaise, sorte d’angoisse que je ne peux contrôler, sans doute parce que, si certains romans développent un scénario peu probable, d’autre m’amènent certainement à envisager l’avenir de l’humanité de façon similaire au récit.

Chien 51 est tout à fait le type de récit qui laisse pensif : la Grèce en faillite, on l’a vu, et qu’un empire financier tout puissant rachète des pays… Pourquoi pas ? L’informatique ayant propulsé l’humanité dans un monde qu’on n’aurait pas imaginé il y a ne serait-ce que trente ans, on pourrait être amené à penser qu’une élite aurait les moyens de prendre le pouvoir et de surveiller chaque individu de la même manière que cela se pratique à Magnapôle, cité ultra moderne, née du rachat de la Grèce, utilisant une technologie de pointe, c’est même plus plausible que la domination de big Brother par écrans interposés.

Et là, on réfléchit, on se demande si cette société décrite dans Chien 51 n’existe pas déjà,  sommes-nous vraiment égaux ? Non bien sûr ! Mais la différence entre ce récit et notre société actuelle, c’est que les inégalités existent naturellement quel que soit le gouvernement d’un pays… Dans chien 51, on cloisonne volontairement la société : les nantis, les travailleurs honnêtes qui méritent qu’on les gratifie de confort supplémentaire, et les autres : chômeurs, petits boulots, pauvreté, précarité… et on veille à ce que ces trois mondes ne se croisent pas !

Autre aspect anxiogène du roman : l’environnement : les pluies acides surviennent sans prévenir, un liquide jaune vous tombe dessus, les furies peuvent se déchaîner et tout emporter sur leur passage, On est bien face à un dérèglement climatique.

On n’oubliera pas l’action : il s’agit bien d’un thriller policier, avec un bon suspense, de la violence, une violence inouïe, avec des enquêteurs qui bien sûr, n’agissent pas en toute liberté et qui passent leur temps à « marcher sur des œufs » dans ce monde où une poignée d’hommes fourbes et assoiffés de pouvoir font leur loi.

Un page-turner efficace et dont la lecture ne manquera pas de rester gravée dans les mémoires.

mercredi 9 novembre 2022

 

Les enfers.

Au royaume d'Adès











Luc Ferry, Diego Oddi

Ed Glénat, 1er/12/2021, 56 pages


Ulysse est revenu sur ¨l’île d’æae, rappelé par Circé la magicienne, qui a reçu un message des dieux à destination du héros. Celui-ci doit se rendre aux enfers où Tirésias l’attend pour lui livrer une prophétie le concernant, nous partons donc vers ce lieux mystérieux, dont chacun d’entre nous connaît au moins quelques aspects.

Cet album, est destiné, à travers les enseignements de Circé qui informe notre courageux Ulysse, à proposer au lecteur de descendre aux enfers, d’y entrer en traversant le Styx aux eaux vénéneuses, de voguer sur l’Achéron ou rivière du chagrin, de saluer au passage les âmes privées de sépulture et qui par conséquent, n’ont pu payer l’obole due à Charon, le passeur. Elle se retrouvent errantes sur les rives du Cocyte. On y croisera divinités des enfers et créatures impitoyables, Harpies, furies, monstres …

Circé en profite pour avertir le mortel : en enfer, il sera jugé et dirigé vers l’un des trois lieux où terminent les âmes… Les enfers, on y entre difficilement, surtout si l’on ne fait pas partie des innombrables trépassés qui s’y rendent, on en sort encore plus difficilement, car Cerbère veille…

Ulysse devra donc faire preuve d’un grand courage pour mener à bien ce voyage dans les entrailles de Gaïa.

Cette bande dessinée magnifique permet également de réviser les différents supplices connus des mortels que nous sommes : Tantale, les Danaïdes, le mythe de Sisyphe, et si on lit ces quelques lignes de critique, rien que des réjouissances…

Album captivant issu du savoir de Luc Ferry, avec , comme tous ses albums, d’un exposé philosophique plus difficile à lire, mais très intéressant.

Un livre sombre, à vous glacer le sang, une description précise de ces lieux mythiques peut-être difficilement égalée dans la littérature. Quelques planches peuvent apparaître confuses en raison d’un texte trop rare, ce qui demande au lecteur un travail d’observation de chaque vignette. Quelques cartouches supplémentaires y seraient les bienvenus.